SHARAPOVA : «C’ÉTAIT PLUS QU’UN SIMPLE MATCH DE TENNIS»

Tombeuse au premier tour (6-4, 4-6, 6-3) en deux heures et 44 minutes de jeu de Simona Halep, 2e mondiale, Maria Sharapova, de retour dans un tournoi du Grand Chelem, n’a pas caché son émotion.

Retour gagnant en Grand Chelem pour Maria Sharapova. La Russe, en larmes, peut savourer son exploit. Retombée à la 147e place, elle a fait sensation en sortant en trois sets la numéro deux mondiale Simona Halep. «Je savais ce que je voulais faire, mais gagner de cette manière contre la n°2 mondiale est un énorme motif de fierté. C’était plus qu’un simple match de tennis. Des fois, on se demande pourquoi on fait autant d’efforts, ces émotions et cette soirée justifient tout cela». Toute de noir vêtue, la Tsarine a remporté son 18e match consécutif programmé en night session sur le Arthur Ashe Stadium. Invitée par les organisateurs, elle a fait honneur à son statut avec pas moins de 66 coups gagnants (64 fautes directes, également) face à une Halep, comme souvent, trahie par ses nerfs. «J’ai tout de suite compris que cela allait être un duel compliqué, mais que cela allait être un match très attendu et dont on allait beaucoup parler (…) Je savais ce que j’avais à faire contre Simona (Halep): c’est une chose de savoir et c’en est une autre de le faire. Je n’ai pas joué beaucoup ces derniers temps, je suis sans doute la joueuse du tableau qui a le moins joué. Malgré tout, j’ai pris ma chance, j’ai bien joué et j’ai éliminé la N.2 mondiale »

Pour son premier Grand Chelem depuis l’Open d’Australie 2016, l’ancienne reine du circuit, suspendue quinze mois pour dopage au meldonium, a fait taire les sceptiques. Il faut dire qu’elle abordait le Grand Chelem new-yorkais sans vraiment de repères avec seulement neuf matches disputés depuis son retour de suspension en avril, et après avoir enchainé les pépins physiques. Au point de ne pas savoir si elle pourrait s’aligner à New York, trois ans après sa dernière participation : «C’est une grande victoire, mais je n’oublie pas qu’il y a encore deux semaines, je ne savais pas si je pourrais jouer. Le 12 août dernier quand j’ai eu les résultats d’un IRM (au bras gauche) a été une journée triste. J’ai dû rentrer à New York pour prendre l’avis d’un autre spécialiste, je pensais alors que je ne disputerai pas ce tournoi. Repenser à tout cela et voir où j’en suis aujourd’hui, c’est simplement vraiment incroyable». 

Septième succès en sept rencontres face à Halep

La Roumaine, qui espérait décrocher la première place mondiale lors de la quinzaine new-yorkaise, concède sa septième défaite en autant de confrontations face à Sharapova. L’ancienne lauréate de l’épreuve (2006) sera opposée au prochain tour à la Hongroise Timea Babos, 59e mondiale. De quoi voir plus loin : «Je vais la savourer un petit peu et puis je passerai au prochain match, mais c’est vraiment un sentiment particulier. Cette victoire n’est pas anodine, le niveau de jeu que j’ai atteint non plus.». La concurrence peut trembler.

lefigaro.fr

Partager:

Leave a Reply